Turquie: le chemin des dieux

Louise Prévost et Marc Thiffault terminent leur périple en Turquie. Vous trouverez leur premier récit sur Istanbul et leur second sur la Cappadoce dans le menu de la page d’accueil du site, sous le titre «Récits». C’est maintenant le couronnement de leur voyage, à l’ouest du continent asiatique et au coeur des cités anciennes grecques et romaines qui parsèment ce coin du monde et dont les vestiges archéologiques sont visibles, presque «vivants»…

Après la récréation à Antalya, nous sommes retournés sur les bancs de l’école en cours intensifs, comme si on avait fait la grève durant 5 mois dans la rue !

Il fallait d’abord connaître l’ordre des civilisations installées en Turquie pour mieux comprendre les sites qu’on allait visiter et les enjeux de chacun : on ne remontera pas notre récit jusqu’à l’Arche de Noé qui d’ailleurs a mis l’ancre en Turquie, à l’Est. Contentons-nous de 3 500 ans avant Jésus-Christ et particulièrement de la période grecque et romaine. Dans l’ordre, il y a eu les Grecs qui ont bâti, les Perses qui ont détruit, c’est la période noire. Suivra l’empire romain d’Orient, qui a tout restauré. Puis, l’époque chrétienne byzantine du 4e au 13e siècle et le dernier, l’empire Ottoman de 1300 à 1923 avec l’arrivée d’Atatürk, le père de la Turquie moderne. Ouf!!

Les Turcs ont déjà été une race mais à cause des multiples croisements on ne parle plus maintenant de race mais plutôt de peuple. À peine quelques milliers de Turcs racés vivent aujourd’hui. Ils sont nomades, illettrés, et souvent non recensés. Ce sont des gitans négligés.

Souvenez vous, en Cappadoce (dans la région où on a volé en montgolfière) nous avons vu la pierre moulée par la nature et les hommes troglodytiques. Nous voici maintenant dans le monde de la pierre sculptée par les artisans et esclaves pour construire des cités grecques et romaines. Pour y arriver, on a dû parfois monter quelques centaines de mètres en montagne, sous un soleil de plomb, parfois on explorait la côte turque de la mer Égée. Plusieurs sites sont bien conservés malgré les pillages, les guerres et les séismes :

Sagalassos domine une riche plaine agricole. Un aqueduc coule encore dans le mur d’un temple et Louise a même osé y boire quelques gorgées sans aucun problème.

À Aphrodisias, la belle déesse côtoie encore Apollon. On peut voir son amphithéâtre, son Odéon et surtout son stade de 30 000 personnes admirablement bien conservé. On s’assoit dans les gradins et on imagine le spectacle grandiose qui s’y déroulait il y a plus de 2 500 ans.

À Priène et à Didyme, les vestiges sont différents, mais aussi impressionnants de génie et de conservation.Éphèse, comme prévu, a été le moment fort des visites des villes anciennes. La ville entière force l’admiration. Encore un peu plus et on pourrait y revivre tellement cette immense et riche cité  située dans un décor unique, offre tous les services. On est évidemment entré dans ses bains … turcs, dans sa bibliothèque, son agora, son théâtre, son stade, ses salles de réception, ses toilettes, son bordel. Oui, on a eu la preuve que ce métier est vieux comme le monde et sa publicité discrète est encore gravée dans la pierre. Comme à Aspendos, nos collègues choristes ont chanté dans l’amphithéâtre et ont été chaudement applaudies par les visiteurs. L’acoustique est quasi parfaite.

On veut bien limiter nos commentaires pour ne pas vous en inonder, mais on doit dire que quatre autres sites tranchent aussi dans le paysage, et pour des raisons différentes.

1. À Pamukkale, des sources chaudes dévalent d’une large falaise et, depuis des milliers d’années, y déposent des sels calcaires.  Cela forme des cascades, des bassins naturels : tout est blanc comme du coton ! Et les stalagmites continuent de s’étendre… On y a marché dans l’eau chaude des vasques avec une joie d’enfants. C’était vivifiant.

2. Dans la région d’Éphèse, on présente une petite maison bien simple, en pierre, comme étant la Maison de la Vierge Marie où elle aurait terminé sa vie. On se base sur le fait qu’après la mort de Jésus, saint Jean s’est vu confier l’évangélisation de l’Asie mineure et s’y serait établi. Comme Jésus lui avait aussi confié sa mère, il n’y avait qu’un pas à franchir pour conclure qu’il l’avait emmenée avec lui à cause des persécutions à Jérusalem. Le tourisme et le commerce ne l’ont vraiment pas défigurée. Une chose incompréhensible à signaler : ce lieu de prière est partagé par les chrétiens et les musulmans ! L’islam machiste retrouvant Allah dans une maison célébrant une femme chrétienne, c’est unique. On en perd notre latin, mais on l’a vu de nos yeux ! Cheval de Troie

3. Troie, 3000 ans avant J.C. Ceux qui ont frayé avec l’antiquité grecque et Homère rêvent de marcher sur ce site pour s’assurer que la légende a un certain fondement. La guerre de Troie a-t-elle eu lieu, ou faut-il croire Giraudoux, qu’elle n’aura pas lieu ? Malheureusement, les fouilles ont dégagé une dizaine de niveaux d’habitations, chacun offrant de maigres traces d’activité. Seule l’ampleur du site permet d’imaginer tout ce qui s’est brassé là. Évidemment, on présente un gros cheval de bois, construit pour les besoins d’un film américain. Réalité oblige… on est entré dans le cheval et on a monté jusqu’aux oreilles, comme l’armée grecque ! C’est une copie, bien sûr, parce que ce qu’on dit être l’original … se trouve à 30 km de là, dans un petit parc de la ville de Çanakkale. On s’est bien amusé !

4. Bergame, une petite ville du 4e s. av JC, comportait un hôpital psychiatrique, tout à l’honneur des disciples d’Esculape. En effet, dans cet hôpital, il y a un théâtre pour que les patients s’expriment et se défoulent à leur guise. Aujourd’hui on appelle ça de la thérapie de groupe !! On y trouve des bains chauds pour la détente, des salles de massages, un tunnel pour les traitements par les émanations sulfureuses… Lors de notre passage, il n’y avait pas de file d’attente. Signe d’efficacité et de bonne gestion.

2012 Turquie 467

5- Finalement…

Grâce à ces découvertes en fin de voyage, nous avons évité une indigestion de pierres. Ce qui surnage dans notre souvenir, c’est le génie des grandes réalisations grecques et romaines. C’est la gentillesse des Turcs, qui, semble-t-il, ont tous quelque chose à vendre. C’est la balade à Istanbul sur l’avenue piétonnière Istiklal, entre Taksim et la Tour de Galata : on se mêle à une foule de jeunes filles modernes habillées à l’occidentale , de femmes simplement voilées ou   nikabées, d’enfants qui devront bientôt apprendre l’arabe pour devenir de vrais musulmans. C’est aussi cette femme, dans un parc achalandé près de Sainte-Sophie qui mange un cornet en éloignant son linceul d’une main… Est-elle heureuse?

Que sera la Turquie dans cinq ans, dans dix ans ?

La Turquie valait le détour : oui, c’est un pays aux multiples visages… qui ne se découvrent pas tous, hélas!

C’est un pays à voir, à apprendre, à comprendre et à regarder aller. Il est déjà engagé sur la voie d’un changement social qui risque de causer de sérieux conflits de générations. Le cheminement à peine voilé vers les valeurs islamistes mènera inévitablement à un heurt avec ces jeunes habitués à l’internet, aux Ipod, aux bars et aux concerts rock. À moins que ces derniers ne sortent de l’indifférence, exercent leur droit de vote en faveur d’un gouvernement aux valeurs laïques, dans la lignée d’Atatürk, le père de la Turquie moderne.

Notre guide SukruHeureux les Turquois qui, comme Ulysse, ont fait un beau voyage avec  Sukru, un guide hors de l’ordinaire que nous remercions pour sa présence et son dévouement et avec un groupe animé par la curiosité, rempli d’humour et… si agréable !

Louise Prévost et Marc Thiffault

One Response “Turquie: le chemin des dieux” →

  1. Marie-Thérèse Brunelle

    25 juillet 2014

    Merci pour vos récits. Je pars demain pour un voyage semblable en Turquie et vous me donnez le goût d’y être et d’écrire aussi! Votre partage est très dynamique, personnel et à la fois informatif. Bravo!

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s