La THAÏLANDE, toute d’OR vêtue (2)

Posted on 16 janvier 2019



Ray Bourque, notre conseiller en voyages, poursuit son périple en Thaïlande, pays d’or et de soleil, avec sa femme Louisette. Ils en sont aux chapitres 4 et 5 de leurs découvertes, sans jamais perdre une seconde de temps ou un moment d’émerveillement. Petit à petit, ils se dirigent vers le Nord du pays.

Après un agréable trajet de quatre heures en bus, nous arrivons à Lampang pour un court séjour avant de rejoindre Chiang Rai. Quelle joie de découvrir cet endroit qui n’est pas très fréquenté par les touristes et qui nous réservait de belles surprises.

De l’art dans les rues de Lampang

Nous sommes logés dans le centre de la ville, tout près du canal Wang. Par un heureux hasard, une exposition de type Street art se tient le long du canal et des artistes de toutes les disciplines y exposent leurs travaux. Peintres, céramistes, etc. sont fiers de nous montrer leurs œuvres. Tout au long du parcours, de grands panneaux , des pinceaux et des crayons sont à la disposition des passants pour permettre à tout un chacun d’ajouter à l’ensemble sa touche personnelle.

Une autre belle surprise nous attendait en face de l’hôtel et dans les rues avoisinantes : nous avons participé au fameux marché de nuit de Lampang. Nous y trouvons de nombreux kiosques rangés de part et d’autre de la voie publique : aliments locaux, vêtements, produits de beauté, on y trouve un peu de tout. Pour rehausser l’ambiance, des musiciens et des fanfares s’en donnent à cœur joie. Une foule compacte, souriante et disciplinée se presse tout au long du parcours. Au cours de cette visite nous avons entendu pour la première fois de la musique thaïlandaise et avec l’aide des gens de la place, avons pu retrouver le titre de certaines pièces populaires et le nom de leurs auteurs. Nous sommes littéralement tombés en amour avec ces chansons, surtout celle créée spécialement pour l’occasion ! Écoutez… https://www.youtube.com/watch?v=G9qj16XWazY&t=27s

Marché de nuit au coucher du soleil

 

Pauvre pêcheur…

En poursuivant notre excursion, nous avons aperçu quelques temples bouddhistes, Thaïlande oblige ! Cette ville est d’une propreté exemplaire, aucune bouteille ou contenant de styromousse en vue, bravo le monde ! Cependant, le traitement des eaux usées nous pose problème: les égouts semblent se déverser directement dans la pauvre rivière qui, bien sûr, n’est pas en mesure de protester. J’ai croqué sur le vif un pêcheur assis sur un tuyau d’égout, en train de taquiner le poisson… Dans un autre ordre d’idées, un moment de surprise nous attendait lors de cette escapade au marché de nuit. À 18h pile, un «bip» s’est soudainement fait entendre et, à l’instant même, les gens se sont immobilisées comme autant de statues. Dans ce pays, l’hymne national est diffusé deux fois par jour par les nombreux haut-parleurs installés un peu partout et ses habitants, fiers de leur pays, se prêtent volontiers à cette manifestation de solidarité nationale.

La visite de Lampang nous a totalement emballés et a représenté pour nous une découverte des plus agréables due surtout à la chaleur humaine de ses habitants. Mais comme toute bonne chose à une fin, nous nous dirigeons maintenant vers Chiang Rai, la ville importante la plus au nord de la Thaïlande.

Chiang Rai, qui compte 62,000 habitants, a été fondée en 1262. Située à proximité des frontières du Laos et du Myanmar, son emplacement est donc stratégique. Nous avons, avec l’aide d’un guide, entrepris par petits groupes une visite des environs. Celle du temple blanc, d’une beauté exceptionnelle, a marqué notre premier arrêt. Cet édifice est d’une blancheur éclatante, un lieu magique entouré d’œuvres d’arts dans un paysage de conte de fée. Le blanc pur symbolise la pureté du Bouddhiste. Le temple est incrusté de morceaux de miroir pour suggérer la réflexion de l’illumination.

Wat Rong Khun, le temple blanc

Femme girafe et son enfant… voyeurisme ou survie ?

Tout près de la frontière avec le Myanmar, nous avons marché dans un village Akha, celui des femmes girafes. Ce «peuple des collines» est constitué de réfugiés originaires de la Birmanie qu’ils ont fuie à la suite des persécutions de la junte militaire. Aucun droit légal ne leur est reconnu par le gouvernement thaïlandais. Ces gens subsistent grâce à l’arrivée massive de touristes, curieux de voir le phénomène. Les opinions divergent sur cette visite, certains y voient une exploitation touristique éhontée alors que d’autres croient que d’encourager ces rencontres quelque peu voyeuristes, est le seul moyen permettant à ces tribus de survivre. Dès l’âge de 5 ans, les fillettes reçoivent une première spirale dorée. Tous les 2 ou 3 ans, la spirale métallique est substituée par une autre jusqu’à atteindre une dimension maximale de 40 CM et un poids de 10 KG.

Maison akha

Cette visite ne nous laisse pas indifférents et nous permet de mesurer un peu plus l’ampleur de la misère humaine existant sur cette terre.

Un peu plus loin, la découverte d’une magnifique plantation de thé oolong a été une expérience très instructive. Les cultures s’étendent  sur un très beau site montagneux de 480 acres et on y produit plusieurs types de thé oolong dont nous avons goûté et apprécié les saveurs.

La suite de la visite se poursuivit par un arrêt au triangle d’or. Cet endroit est situé à la frontière de trois pays, le Laos, le Myanmar et la Thaïlande. Les plantations d’opium du triangle d’or étaient considérées comme la plaque tournante du trafic international de cette drogue. Nous avons par la suite exploré les environs de Chiang Rai grâce à un tour de ville et de nombreuses randonnées pédestres.

Louisette au pilon

Par la suite, nous avons décidé de suivre un cours de cuisine thaïlandaise. Avec une spécialiste aguerri, nous avons commencé par une visite au marché pour y acheter les produits nécessaires, légumes, viandes, fruits de mer, etc. Puis nous sommes dirigés vers l’endroit prévu pour la préparation des mets. Celle-ci terminée, la dégustation a suivi… Une expérience extraordinaire qui nous a permis de mieux apprécier les saveurs et les parfums de cette magnifique cuisine.

Nous terminons cette escapade à Chiang Rai par la visite de plusieurs marchés quelques temples et un grand jardin abondamment fleuri.

Demain, Chiang Mai…

Nous sommes partis de Chiang Mai en bus et, après 4 heures de parcours dans une région montagneuse sillonnée de chemins en épingles à cheveux et de surcroit, en construction… nous sommes enfin arrivés à Chiang Mai, fourbus, mais avec tous nos morceaux ! Nous nous sommes alors dirigés vers la vieille ville. Le personnel de l’hôtel Mhonsa nous a ravis par la chaleur de son accueil, et notre résidence par sa proximité des lieux intéressants et son confort. Chiang Mai est située à 800 kilomètres au nord de Bangkok. Avec sa population de 131000 habitants, c’est la ville la plus importante du nord de la Thaïlande.
La vieille ville est très jolie avec ses remparts, ses douves et ses ponts fleuris qui ceinturent la ville. Son festival des fleurs a lieu une fois l’an durant la première fin de semaine de février.


Quelle chance nous avons eue de nous y retrouver exactement à cette période de l’année ! Ma foi, Bouddha nous aime bien ! Le festival débute par un défilé de chars allégoriques fleuris suivi de fanfares et de groupes représentant les diverses ethnies du pays. Il s’étire sur plusieurs kilomètres en sillonnant la ville pendant près de deux heures, pour se terminer au parc floral Buak Hat situé à l’intérieur des murs de la vieille ville. Cette manifestation est tout à fait exceptionnelle et grandiose par sa taille et par l’intérêt qu’elle suscite auprès de la population et, bien sûr, des touristes.

Parade du festival des fleurs
Durant notre découverte des lieux, nous avons pu admirer une impressionnante collection d’orchidées et de bonzaïs. Le parc est sillonné de ponts fleuris, d’ilots de fleurs et de nombreux plans d’eau. Cet endroit est tout à fait exceptionnel.

Parc floral Buak Hat

En poursuivant notre exploration, nous avons visité le marché de nuit de Chiang Mai. Ce marché se tient toutes les fins de semaine le long d’une rue à proximité de notre hôtel. Étant de braves et téméraires personnes, nous nous sommes dirigées vers cet endroit pour y vivre une expérience traumatisante. Une foule compacte tentait de déambuler dans un endroit trop exiguë pour l’absorber. Nous devions de plus composer avec une circulation automobile dense et dangereusement rapide, sans égards pour les piétons : impossible de circuler librement, portés, malgré notre volonté, par cette ruée tout à fait inattendue. Nous avons finalement réussi à rebrousser chemin pour rentrer à l’hôtel. Ouf ! Quel soulagement !
Nous avons entrepris une nouvelle excursion dans les montagnes pour visiter la campagne et les villages ethniques des environs. Malheureusement, notre guide, censée jouer son rôle avec compétence, s’exprimait dans une langue incompréhensible, sorte de mélange d’anglais et de thaïlandais. De plus, son timbre de voix émettait des sons aigus de haute fréquence, très irritants pour nos pauvres oreilles. Cette guide jacassait continuellement comme une vraie pie avec le chauffeur. Notre calvaire venait à peine de commencer puisque ce dernier ne connaissait pas le chemin pour nous conduire à bon port… La suite se devine aisément : fautes d’orientation, parcours de chemins de brousse, arrivée à des endroits non prévus par l’itinéraire… Par chance, nous avons tout de même parcouru deux villages, hélas extrêmement pauvres, habités par des tribus. Bons joueurs, nous avons bien rigolé avec les autres passagers, «victimes» tout comme nous de cette mésaventure.

Maison des ethnies

Chiang Mai est une ville intéressante et très prisée par les touristes. On y fait beaucoup de trekking, de promenades à dos d’éléphant très recherchées par les touristes. Les prix de ces excursions varient de 50$ à plus de 100$ par personne pour un circuit d’environ huit heures. Pour les tournées en direction du temple blanc et des territoires adjacents aux frontières du Laos et du Myanmar, ou encore pour rejoindre le «triangle d’or», un départ de Chiang Rai est préférable. Les voyageurs autonomes se rendent simplement au terminal #1 de Chiang Rai et, pour une fraction du prix, sont en mesure de voir plusieurs de ces endroits. Les autres choisissent les excursions organisées.
Si vous visitez Chiang Rai je vous conseille une excursion au Laos. Vous devez calculer un minimum de 4 jours aller-retour pour ce périple au départ de la ville avec trajet en Slowboat sur le Mékong jusqu’à Luang Prabang, lieu incontournable de tous ces fascinants univers. A vous de vous informer pour choisir entre voyage organisé ou voyage en mode autonome.

Ceci met fin à notre excursion en Thaïlande du Nord. Nous nous dirigeons maintenant vers la Malaisie et Singapour.

Ray Bourque

 

 

 

 

 

Posted in: Uncategorized