LE NÉPAL : entre mysticisme et réalité – volet 1

Posted on 6 avril 2017

2



Suite à son incursion en Inde du Nord, Ray Bourque a poursuivi son périple au Népal. Voici donc quelques observations portant sur ce pays d’Asie. Ce texte est purement subjectif : il est, dit-il, « le reflet de la perception de ce que j’ai pu, en toute modestie, observer et comprendre ».

Katmandou ville – Changu Narayan

Nous avions un guide francophone, très informé de l’histoire de ce coin du monde. Au mois de mars, le climat au Népal est idéal : soleil, pas d’humidité et température qui se situe entre 23° à 28°C le jour et plus frais la nuit.  La nourriture, très différente de celle de l’Inde, est adaptée à nos habitudes alimentaires.

Ce séjour nous a permis d’explorer le pays principalement à partir de la région de Katmandou et de sa campagne environnante. Nous avons logé à l’hôtel Soaltee Crowne Plaza situé à dans la ville même, très bon hôtel auquel j’accorderais volontiers quatre étoiles.

Le Népal est un petit pays de légende, carrefour mythique sur la route du sel et de la soie où se côtoient dans la paix et la tolérance une multitude d’ethnies. C’est ici que naquit le Bouddha.  Enclavé entre deux géants, la Chine au nord (Tibet) et l’Inde au sud, à l’est et à l’ouest, le Népal s’étire d’est en ouest sur 885 km tandis que sa largeur varie de 145 à 241 km du nord au sud. Sa superficie est de 147 181 km². Kachan Kalan, son point le plus bas, se situe à 70 mètres au-dessus du niveau de la mer tandis que son point le plus élevé, le mont Everest, atteint 8 850 mètres d’altitude. Cette variation d’altitude extrême et la latitude à laquelle est situé le Népal font de ce pays l’un des plus diversifiés du monde.

Vue de l’Himalaya

Le royaume du Népal est devenu en 2008 une république démocratique à la suite de l’élection d’une Assemblée constituante dont la première décision fut d’abolir la monarchie.

Le Népal est un pays multicurel très qui occupe le  23ième rang des  pays les plus démunis  avec un PIB par habitant de $751.00 US, tout juste avant Haïti dont le PIB par habitant  est de $830 US. Les gens  y sont travaillants et résilients. Le 25 avril 2015, un puissant séisme frappait le Népal en plein cœur. La secousse, de magnitude 7,8 sur l’échelle de Richter l’a dévasté faisant plus de 8000 victimes qui ont péri et 600 000 autres dont les demeures ont été détruites ou endommagées.

Il s’est péniblement relevé de cette terrible épreuve. Les dommages aux infrastructures sont encore visibles partout

Trois supports pour les bâtiments d’une rue de Katmandou

dans le pays,  principalement dans la capitale Katmandou. Suite à ce désastre les Népalais se on repris la tâche et tenté tant bien que mal de rafistoler les bâtiments en installant des pieux de support devant les bâtiments. Katmandou est devenu un gigantesque chantier de construction. Partout où nous allons, les gens s’affairent à reconstruire  avec des moyens primitifs.

Afin de bien documenter certains des endroits visités, j’ai utilisé certaines  informations et images obtenues sur quelques sites internet comme Wikipedia et autres. Visiter cette contrée est comme retourner dans le passé. Sa richesse repose sur la beauté des paysages et l’accueil de ses habitants. Elle est totalement différente de l’Inde, bien que sa voisine immédiate. Nous avons été surpris d’apprendre que le Népal était un pays à 81% hindouiste et à 10% bouddhiste.

Katmandou ville

Nous sommes arrivés à Katmandou sur un vol en provenance de Delhi. L’aéroport de Katmandou est minuscule et bondé de monde. Il faut d’abord s’y mettre en ligne pour l’obtention du visa d’entrée. Ce processus est totalement manuel. Ayant obtenu à partir de Montréal des roupies népalais, quelle ne fut pas ma surprise de me voir refuser la devise locale pour payer nos visas d’entrée!  Seuls les bons vieux dollars de l’oncle Sam y sont acceptés, soit $25.00US par personne.

Après avoir complété les autres formalités d’usage, nous nous sommes dirigés vers la sortie où notre guide local nous attendait. Le site de l’aéroport est relativement bien tenue et les routes d’accès sont propres et… carrossables.

Katmandou, qui fut la destination favorite des hippies dans les années 1960, s’élève à 1 350 mètres d’altitude. Située dans une vallée au confluent de deux rivières, elle est entourée d’une couronne de montagnes de taille moyenne (3000 mètres au maximum) dans les contreforts de l’Himalaya. Elle est peuplée d’environ 1,5 million d’habitants. Cette ville de 1,5million d’habitants ne possède pas de réseau souterrain de canalisations et son alimentation en eau est insuffisante. Pour des raisons purement politiques, l’environnement n’est pas la priorité des Népalais, ce qui en fait une des villes les plus polluées d’Asie.

À l’encontre des Indiens, les Népalais ont une physionomie de type asiatique un peu semblable à celle des Vietnamiens. Ils sont souriants et hospitaliers. Leurs vêtements sont moins spectaculaires que ceux de leurs voisins mais ne manquent tout de même pas de beauté. Les maisons sont plus colorées et nous sommes surpris de constater que, bien que sacrées, les vaches ne circulent pas librement dans les rues…

Durban Square

Durban Square

Le Durban Square constitue le cœur du vieux Katmandou. Il regroupe en réalité trois places contiguës où s’y trouvent notamment de nombreux temples à toits multiples, donc l’immense  Kasthamandap, le plus vieil édifice de la vallée qui, selon le guide, serait construit à partir d’un seul et même arbre. Durbar Square existe depuis le 3ème siècle mais la plupart des bâtiments qui s’y trouvent aujourd’hui ont été construit entre le 16ème et le 18ème siècle. Les nombreux rois qui se sont succédés à la tête du pays ont tenté d’embellir cette place en y construisant ou en y rénovant d’anciennes structures, signes de leur pouvoir et de leur majesté.

 

Déesse Kumari

Nous voici devant le temple Kumari Bahal qui est la demeure de la déesse vivante Kumari et de l’ancien palais royal Hanuman Dhoka. Ce pays est plein de superstitions et de coutumes étranges. Afin de garder vivante une légende ancienne, une jeune fille qui représente la déesse vivante y demeure en permanence. Dans la cour intérieure du bahal, se dresse un petit sanctuaire dédié à Bouddha.

Lors de notre passage,  le guide l’a appelée :« Déesse Kumari êtes-vous là?» Après plusieurs appels, la déesse  est apparue à la fenêtre du deuxième étage. Notre guide nous a alors encouragé à verser quelques roupies au surveillant de service pour remercier la princesse  de l’avoir entendu…

Une déesse vivante nommée Kumari…

Âgée entre 2 et 4 ans, la Kumari (vierge en français) est une petite fille sélectionnée pour sa beauté afin d’incarner la divinité. Encore bébé, elle est enlevée à sa famille pour éventuellement jouer ce rôle. Ces très jeunes filles ne sont déesse que pour quelques années. Elles sont parfois choisies dès l’apparition de leur première dent de lait, et demeurent Kumari jusqu’à ce qu’elles atteignent leur puberté, caractérisée par l’apparition de leurs premières menstruations. Alors, elles reviennent brutalement à la vie normale, avec souvent de lourdes séquelles psychologiques et physiques.

La Kamuri doit répondre à 32 critères physiques stricts qui vont de la couleur de ses yeux au son de sa voix. Les conditions de vie de la Kumari sont particulières. Elle se doit de respecter certaines règles comme de ne pas marcher sur le sol (considéré impur), ou  de se parer d’un maquillage contraignant, ou encore de porter des vêtements traditionnels de couleur rouge ornés de lourdes parures de bijoux.

Ces jeunes filles sont vénérées. Lors de leurs rares apparitions en public, leurs réactions sont scrutées car elles seraient porteuses de messages. A titre d’exemple, si la Kumari reçoit un présent en silence, c’est signe que le vœu prononcé lors de l’offrande sera réalisé. En revanche, si elle pleure ou si elle rigole bruyamment,  cela signifie que la mort ou la maladie peuvent survenir… La Kumari est coupée de la vie normale que tout enfant devrait avoir. Elle ne fréquente pas l’école et vit toutes ses journées dans le calme absolu des temples, une fois les rituels d’habillement et de maquillage accomplis.

 

Les yeux de Bouddha, symbole du Népal, vous fixent du haut du temple Swayambunath, perché sur une colline à     2 km à l’ouest de Katmandu. Il est aussi appelé «Monkey Temple» en raison des nombreux primates qui l’investissent. Il est considéré comme l’un des premiers sanctuaires bouddhiques du monde, l’un des lieux de pélerinage les plus populaires et abrite le plus ancien stupa, surmonté d’une flèche d’or.

Pour y accéder, il faut monter des dizaines de marches. La vue sur la ville est superbe. Tout au long du parcours, des

Le stupa Swayambunath

étals de marchandises de toute nature nous sont proposées par des vendeurs de plus en plus insistants. Arrivés tout en haut, nous nous trouvons face à un ensemble de plusieurs monuments dont  le magnifique Stupa Swayambunath. Malheureusement, ils ont été lourdement endommagés lors du tremblement de terre de 2015.

Le stūpa est une structure architecturale bouddhque et jaïna que l’on trouve dans le sous-continent indien dont il est originaire, mais aussi dans le reste de l’Asie où il a suivi l’expansion du bouddhisme. C’est à la fois une représentation aniconique du Bouddha et un monument commémorant sa mort ou parinirvana.

 Ref : Wikipedia

Temple bouddhique

Temple bouddhique

Contrairement aux croyances populaires, le Népal est un pays majoritairement  hindouiste. Seulement 10 % de sa population est de confession bouddhiste. Toutefois, la présence de nombreux sites bouddiques et de moines venus du Tibet donne vie aux croyances de cette communauté. Plusieurs temples sont en très bel état de conservation. De jeLEunes moines y complètent un stage de plusieurs jours afin de s’initier aux fondements de cette magnifique philosophie religieuse.

Ray Bourque

 

LE DRAPEAU NÉPALAIS

1-La couleur rouge représente le rhododendron (fleur nationale du Népal) et est un signe de victoire et de bravoure.

2-La bordure bleue symbolise la paix et l’harmonie

3-Les deux triangles rectangles illustrent l’hindouisme et le bouddhisme, les deux religions principales du pays. 

4-La lune représente la sérénité du peuple

5-Le soleil représente la chaleur et les températures plus élevées des parties basses du Népal.

6-La lune et le soleil combinés expriment l’espoir que la nation durera aussi longtemps que ces corps célestes.

Posted in: Uncategorized