LE NÉPAL : entre mysticisme et réalité – volet 2

Posted on 5 avril 2017

1



Ray Bourque poursuit son voyage au Népal. Voici la seconde et dernière partie de ses propos sur ce   fascinant et aux beautés hors du temps.

Changu Narayan- Himalaya

Changu Narayan

Nous quittons la ville de Katmandou pour déambuler dans la campagne environnante. De splendides paysages s’offrent à nous. Nous arrivons finalement au village de Changu situé à  environ 13 KM de Katmandou et à 4 KM au nord de Bhaktapur.

Changu-Narayan village

Nous en empruntons les rues étroites et pentues pour apprécier l’artisanat local dans les boutiques qui offrent des pashminas en soie et autres tissus, fabriqués localement. Tout au long du parcours, de nombreuses personnes s’affairent à reconstruire des bâtiments détruits par le tremblement de terre de 2015. Les dommages furent considérables et les résultats bien faibles si on tient compte des efforts exigés pour leur remise en état.

Arrivés à Changu Narayan,  nous découvrons  un des plus vieux monuments du Népal qui fut construit en 325. Sans être le plus ancien de la région, certains de ses ornements sont datent de très longtemps. Des gravures représentent les dix incarnations de Vishnou et différentes déesses. Le sanctuaire principal est une pagode à deux niveaux. Il est gardé par des paires d’animaux mythologiques : entre autres des lions, des griffons et des éléphants. Le sanctuaire est vénéré par les hindouistes et par les bouddhistes, preuve que les religions peuvent coexister harmonieusement.

Changu-Narayan

Le temple de Changu-Naraya

Selon la légende, ce temple fut construit par l’intermédiaire d’un berger qui, un jour, ramena ses vaches à la maison pour s’apercevoir qu’elles ne donnaient plus de lait. Le soir venu, le berger rêva à Vishnou et, le lendemain, les vaches partirent aux champs et se regroupèrent  en un lieu bien précis.  Le berger s’aperçut alors que les vaches pouvaient maintenant donner du lait. Pour remercier Vishnou le berger fit ériger un temple  à cet  endroit.

Monument de Bhaktapur

Bhaktapur

Bhaktapur

Le centre- ville de Bhaktapur comprend le plus vieux  et le plus grand temple du Népal  qui fut construit au 3ième siècle. Cet endroit est un des mieux conservé au Népal. L’emplacement comprend plusieurs monuments  qui font partie des sites de l’héritage mondial de l’Unesco pour la richesse de ce vaste patrimoine culturel,le travail, du bois du métal et de la pierre. Suite aux tremblements de terre de 2015, d’importants travaux de reconstruction sont présentement en cours. C’est à cet endroit que le film Le petit bouddha fut tourné un film réalisé par Bernardo Bertolucci avec Keanu Reeves et Bridget Fonda.

En déambulant dans les rues, quelle ne fut pas notre surprise de

Une première communion au Népal !…

participer à une cérémonie de de première communion ! Cette rencontre réunissait  des centaines de personnes regroupées autour d’une place. Des repas, accompagnés de chants et de musique, étaient offerts aux invités. Nous avons été accueillis avec joie ce qui nous a permis de vivre un autre moment de grâce.

Pashupatinath lieu de crémation

C’est est le temple hindou le plus important du Népal. De nombreux pèlerins et touristes y affluent.     Les berges de la rivière Bagmati à Pashupatinath constituent l’endroit de prédilection pour l’incinération des hindouistes.

Le temple au toit d’or, maison du dieu Shiva, n’est pas accessible aux non-hindouistes. Shiva, prend ici la forme paisible et bienveillante de Pashupati, le gardien du troupeau, le rassembleur des âmes, celui qui veille sur le royaume du Népal.

Un pont permet de traverser la rivière et d’accéder à un long escalier bordé de plusieurs chaitya (chapelles) en grosses

Ici ont lieu les cérémonies de la crémation

pierres grises. C’est à cet endroit que  des cérémonies de crémation se déroulent à tous les jours. Construit au bord de la rivière Bagmati, la plus sacrée des rivières du Népal, Pashupatinath  nous a grandement impressionnés, même si nous avions déjà vu le site de crémation de Varanasi.

 Assis autour des chaitya, des sadhus méditent, indifférents à la foule. Ils ont choisi la voie du renoncement qui les fera errer de lieux saints en lieux saints, dans une longue quête pour s’affranchir de tout attachement. D’autres, à moitié nus et couverts de cendres, tendent la main pour obtenir une aumône. Shiva est aussi le dieu aux cheveux ébouriffés, le dieu honteux de l’hindouisme. Ses fidèles se laissent pousser les cheveux et s’enduisent le visage de teinture ou recouvrent leur corps de cendres pour marquer leur allégeance au dieu rebelle. Ref : http://www.zonehimalaya.net/Carnet/pashupatinath.htm

Ce site est quelque peu différent de celui de Varanasi. Il est plus petit mais mieux organisé et relativement plus propre. Plusieurs bases en ciment sont construites le long de la rivière et sont utilisées pour installer les bûchers qui serviront à la crémation. Une fois le corps incinéré, les cendres et les restes de bois non consumé sont jetés à la rivière. Des intouchables issus de la plus basse caste de la société, généralement des enfants, pataugent pieds nus dans cette rivière immonde, tentant d’y trouver des objets en métal, pièces de monnaie, bijoux, etc.  Quel triste spectacle !

Boudhanath

Om mani padme hum…

C’est le mantra universel dans le  bouddhisme mahayana, mais il est également un mantra national au  Tibet.

https://www.youtube.com/watch?v=0Ix9yfoDHJw&index=4&list=RDiG_lNuNUVd4

Bodanath, sanctuaire bouddhiqu

Bodhanath est l’un des principaux sanctuaires bouddhistes de la région de Katmandou. Son célèbre stupa du XIVᵉ siècle qui domine l’horizon est l’un des plus grands au monde.  La structure du bâtiment consiste en un dôme géant avec à son sommet une tour en forme de pyramide coiffée d’une forme sphérique dorée.  Lors du tremblement de terre de 2015,  la section  pyramidale du temple s’est écroulée. Il est maintenant totalement reconstruit. Ce site est considéré comme le centre de dévotion pour les bouddhistes tibétains qui ont émigré vers Katmandou

Lors de notre visite de ce célèbre monument, un groupe de moines tibétains était présent sur les lieux. Une cérémonie empreinte de beaucoup de piété rassemblait des bouddhistes de plusieurs endroits. Nous avons été grandement  touchés par la ferveur de ces participants :  incantations, musiques et prières  montaient de cette foule de croyants. Écouter le mantra OM MANI PADME HUM… en provenance de cette foule de moines bouddhistes est une expérience très émouvante.

Excursion vers l’Himalaya

 Un des objectifs de ce voyage était d’admirer la chaîne de l’Himalaya. Après une discussion avec notre guide local qui craint les masses de brouillard pouvant cacher le paysage, notre groupe décide de faire cette excursion.  Toutefois, toujours selon le guide, les gens qui ont un bon karma réussissent généralement à voir ces montagnes.

Nous avons quitté notre hôtel vers 5 heures du matin pour faire cette excursion. Pour nous y rendre, nous avons bravement suivi un parcours  digne des Routes de l’impossible (Émission de TV5).  Nous avons donc emprunté des chemins en chicane, longé des escarpements et des précipices, parcouru des routes défoncées et en réparation. Heureusement nous n’étions pas à la saison des pluies car à cette période, les routes sont pratiquement impraticables.

Les paysages que nous avons pu voir tout au long du parcours étaient époustouflants. Rivières, points de vue imprenables, maisons  à flanc de montagnes, belle végétation, etc.  Bref, un plaisir indescriptible pour les yeux !  Les gens de cette région vivent modestement mais ne manquent pas de nourriture. Chacun a son lopin de terre, son jardin et quelques animaux.  Cette région semble fertile et les récoltes se font à la main. Les gens sont beaux et accueillants. Elle offre des ressemblances avec Sapa dans le nord du Vietnam pour ceux qui ont eu la chance de visiter cet endroit

Finalement après quelques heures de parcours nous arrivons à 2,500 mètres d’altitude et grâce à notre  bon karma, la vue est tout simplement  extraordinaire. La région de l’Himalaya couvre 15% du Népal et 14 sommets de plus de 8,000 mètre donc le célèbre mont Everest. Elle est habitée par les sherpas qui sont les spécialistes du trekking en montagne.

Mot de la fin

Ce magnifique voyage nous a permis de découvrir une nouvelle facette de la civilisation. Le Népal, pour sa part, regorge de croyances et de superstitions et les gens semblent heureux. Ils sont si accueillants ! La ville de Katmandou, comme toute les grandes villes d’Asie est densément peuplée, bruyante et polluée. Les campagnes offrent des paysages spectaculaires et impressionnants.

Le Népal est situé à l’entrecroisement de deux plaques tectoniques majeures :  la plaque indienne et la plaque eurasienne. Ces deux plaques s’entrechoquent et causent de fréquents séismes. Le tremblement de terre de 2015 en est l’illustration la plus récente. Il en connaîtra d’autres qui fragiliseront son infrastructure déjà durement abîmée et feront, hélas, d’autres victimes…

La résilience de ce peuple face à ces défis est un exemple pour tous.

Ray Bourque
Mars 2017

Posted in: Uncategorized